Publié dans Education

Parler de la mort avec son enfant…

Parler de la mort à Big boy…. Mettre en mots et l’accompagner dans cette prise de conscience, ça nous a fait grandir aussi face à cette inévitable finalité…

Parler de la mort c’est jamais facile..enfin …pour nous autres adultes.

On a souvent une sorte de gène, de peur… comme Voldemort dans Harry Potter :  il ne faut pas prononcer son nom, à peine l’évoquer, en parler à demi-mot!!!

Alors on utilise des formulations évasives:  « parti »,  « décédé » ou des métaphores  « endormi pour toujours », »avec les étoiles », « monté au ciel », « au paradis »…bref… tout sauf le mot mort. C’est tabou.

Beaucoup dirons qu’il faut protéger les enfants, ne pas leurs dire la vérité, la triste vérité…ou qu’ils sont trop petits, qu’ils ne peuvent pas comprendre le concept de mort….

Mais je pense que c’est plutôt nous, adulte, que ça dérange, nous qui sommes prompts à nous voiler la face, à omettre pour nous même notre propre fin. Nous qui sommes incapables d’accepter la mort.


S’interroger sur nos principes et donc nos objectifs afin d’agir en respectant nos valeurs.

Lire la suite de « Parler de la mort avec son enfant… »

Publicités
Publié dans Alimentation

La DME : comment j’ai fait…

Comment j’ai diversifié Mini…

 

Mes début en DME

Mini est mon second bébé. J’avais donc déjà eu l’expérience de l’alimentation avec Big boy. A l’époque, je ne m’étais même pas posé la question, pour moi, les bébés mangeaient de la purée, point barre. Je ne pensais pas du tout possible qu’un bébé puisse manger directement en morceaux, aucun parent pendant mes 12 ans de boulot en crèche, n’a jamais évoqué le sujet, n’a jamais fait autrement que de donner des purées.

Mais depuis 5 ans, je navigue sur la « planète bienveillance » et c’est tout naturellement que je tombe sur le sujet de la DME. Par hasard, au détour d’une conversation sur un groupe de parents du net. Mini n’est pas encore né mais déjà cette manière de faire me parle.

Avec Big boy nous avons eu pas mal de difficultés alimentaire, j’en parle ici. Big boy n’aimait pas les purées et je me souviens de « haut le cœur » qu’elles lui procuraient. Du coup, à 1 an il mangeait comme nous (enfin, quand il mangeait^^).

La mise en place

J’ai commencé la DME quand Mini a commencé à s’intéresser à la nourriture qui se trouvait dans mon assiette. Il a commencé a vouloir l’attraper, et à porter à sa bouche les aliments. Il avait 5 mois et 3 semaines mais ça peut être bien plus tard. Certains enfants font cette démarche d’attraper et de porter à la bouche plutôt vers 7 ou 8 mois. Cela dépend de leurs intérêts. Il n’y a aucun problème pour diversifier plus tard, le lait maternel suffit à apporter tout ce qu’il faut la première année. Je pars aussi du principe que nous devons réapprendre à faire confiance à nos enfants, ils vont aller rechercher naturellement ce dont ils ont besoin.

Niveau matériel, la DME est vraiment minimaliste. Il n’y a besoin de rien. Pour commencer, bébé est sur les genoux, jusqu’à ce qu’il sache s’asseoir seul ou au moins se tenir bien droit lorsqu’il est assis. Pour ma part, je pratique la motricité libre, nous avons donc attendu que Mini sache s’asseoir seul.

J’ai donc mis Mini sur mes genoux, de toute manière c’est l’endroit où il était déjà la plupart du temps car il n’aimait pas être posé. Je le laissais donc prendre des aliments posés sur la table. Les aliments coupés de la taille du poing de Mini pour l’aider à les attraper. Les aliments doivent être cuits à la vapeur et les fruits donnés mûrs. Vous trouverez  plein d’informations ici http://www.diversificationalimentaire.com/

Au début, j’ai très peu donné en quantité, c’était vraiment une « découverte » plus qu’un repas.

On voit qu’il porte déjà les morceaux à sa bouche. Habilité qu’il a développé au fil des jours.

Les aliments sont soit dans une assiette soit directement sur la table. Au début j’ai scratché son assiette à la nappe, puis 3 semaines plus tard, il n’essayait plus de faire voler l’assiette donc je n’ai plus utilisé le scratch.

L’allaitement à la demande continue pendant la mise en place de la diversification. En effet, c’est plus une découverte au début, l’allaitement garanti donc que l’enfant ait tout ce dont il a besoin. Il est conseillé de donner la tété avant le repas.

Avec Mini, j’ai donné le sein à la demande, et c’était avant et après!! maintenant, il fait la grève de la tétée alors je lui donne uniquement quand il dort à moitié! Comme nous pratiquons le cododo, il tète a volonté la nuit donc il ne manque de rien.

Évolution au fil des jours, des semaines…

Puis petit à petit, en même temps que l’acquisition de la position assise, il a réclamé plus.

La position assise, le dos droit.

L’acquisition de la position assise va de pair avec la maturation de l’estomac et des intestins. Il est important pour moi que la position assise s’acquière naturellement (motricité libre), j’ai donc attendu que Mini se mette assis par lui même. Je pense que c’est un plus pour l’autonomie de l’enfant et sa confiance en lui. Comme la DME, la motricité libre part du principe que l’enfant est capable. Il faut lui faire confiance et l’accompagner sans « faire à sa place ».

Les fausses routes et le reflex d’éjection

De plus, en DME, l’enfant mange des morceaux, il est donc encore plus important qu’il se tienne correctement, le dos droit et non avachis sur lui même. C’est une règle de sécurité incontournable pour éviter les « fausses routes ». Bien installé, il n’y a pas de risque, d’autant plus que les bébés ont un réflexe d’éjection des corps étrangers. J’ai vu Mini, plusieurs fois, croquer un morceau d’aliment avec ses gencives, et avoir le réflexe de recracher le morceau trop gros.

Je suis sur qu’un enfant en DME, a moins de risque de faire des fausses routes qu’un enfant habitué à la purée. Un enfant en DME mange depuis toujours des morceaux, il est habitué, il sait mâcher, il gère bien les morceaux dès très jeune. Un enfant qui mange des purées va devoir apprendre tout ça bien plus tard, il va devoir même ré-apprendre car il aura perdu ou un peu oublié ce réflexe d’éjection. Il va devoir muscler sa mâchoire, habitué aux choses molles. Un enfant allaité a déjà développé une super mâchoire, un enfant en DME aura continué à se muscler.

Je ne dis pas qu’un enfant qui a mangé des purées ne puisse passer en DME, je dis juste qu’il faudra peut être plus de vigilance et de patience.

La chaise haute

Quand il a su s’assoir seul, je l’ai alors installé sur sa chaise tripp trapp (celle qui était à son grand frère^^pas de dépense inutile!!). Les aliments proposés soit dans une assiette soit directement sur la table.

Au début j’ai scratché son assiette à la nappe, puis 3 semaines plus tard, il n’essayait plus de faire voler l’assiette donc je n’ai plus utiliser le scratch.

Quand nous avons changé de table j’ai pu installer le plateau (vendu avec la chaise tripp trapp), c’est vachement pratique parce que c’est rapide à nettoyer et je ne mets plus forcement une assiette.

Avoir des dents?

Ce n’est pas nécessaire pour manger. Les gencives font très bien ce travail. Mini mangeait très bien sans dents, il mange aussi très bien avec!! Heureusement d’ailleurs, sinon les enfants qui ont des dents à plus de 1 an ne mangeraient rien d’autre que des compotes? pas de pain? pas de boudoir?  les dents ne sont pas nécessaire pour manger des morceaux.

Exemples d’assiettes

Après quelques jours ou semaines, quand Mini a plus réclamé, je lui ai préparé de vraies assiettes. Toujours équilibrées, en introduisant des fruits et légumes de saison. Je n’introduit pas plusieurs jour le même légume ou fruit comme (encore) recommandé par bien trop de pédiatre!! Je ne me vois pas me prendre la tête avec un planning d’introduction ou lui préparer des choses rien que pour lui. Je n’ai pas l’âme de m’asservir en cuisine!! Je lui donne le légumes et fruits que nous mangeons. C’est beaucoup plus pratique!! (sauf si nous mangeons un plat qui n’est pas sain, ce qui arrive!!).

Alors voila, courgettes, aubergines, ratatouille, riz, pâtes avec et sans gluten, melon, abricots, avocat, banane, pèche, fraise, pain beurré, biscotte, pain de fleurs….bref, de tout!!

De toute manière, Mini a pas besoin de moi pour se servir!!

Mini a trouvé le sac d’abricots^^
Mini a choppé une tomate échappée d’un sac

Attention toutefois à ne pas laisser trainer le pain au chocolat du grand frère^^

Plus rapide que l’éclair, Mini a un super pouvoir pour trouver la bouffe!!

 

Règles de sécurité

Il y a quelques règles de sécurité à respecter :

-bébé doit être assis le dos droit (donc savoir s’assoir par lui même ou le prendre sur les genoux)

-bébé doit savoir prendre dans sa main et porter à sa bouche

-proposer des morceaux gros comme le poing de bébé

-commencer quand l’enfant réclame et montre de l’intérêt à la nourriture

-allaiter à la demande avant et /ou après le repas (au bib, donner aussi à la demande)

-veillez à proposer que des aliments sains

-proposer des aliments bien murs et/ou cuits à la vapeur dans les premiers temps

-ne pas saler

-être à coté de bébé et rester vigilant

-observer le réflexe d’éjection et s’assurer que le bébé gère les morceaux

-connaitre les gestes de secours (ça vaut pour tous les parents, que se soient en diversification classique ou DME)

un site : Règles de sécurité

 

Avantages

-mon enfant mange seul et je respect son désir d’autonomie (capacité à choisir)

-je gagne du temps car j’ai pas de repas spécial à faire mais juste à prélever des légumes et féculents provenant de nos plats (sans sel)

-je respecte la faim de mon enfant puisque je ne lui mets pas en bouche les aliments, je ne peux donc pas l’inciter à finir ou le faire se sentir obligé de subir MA notion de ‘bien manger » ou « mal manger »

-j’apprends à faire confiance à mon enfant et en ses capacités à gérer son appétit.

-mon enfant développe sa coordination et sa motricité fine

-…

Désavantages

Je n’en vois pas. Pour moi, il n’y a aucun désavantage.

Certains parents pensent que ça fait beaucoup de ménage supplémentaire mais je trouve ça plus facile de ramasser des morceaux que de la purée. Ayant eu un ainé en diversification classique que je laissais participer aux repas, je peux vous dire qu’il a souvent pris des douches pour retirer la purée de ses cheveux!! je vous assure, c’est pas mieux^^.

La solution pour préserver la propreté des lieux et des petites personnes c’est de donner nous même à manger à nos enfants, ce qui n’est pas dans mes objectifs éducatifs.

sites pour aller plus loin

 http://www.petitpotbebe.net/archives/2013/03/19/26683345.html

http://little-gabchou.com/la-finger-food-pour-bebe-nous-avons-essaye-adopte-2/

http://iamunemaman.blogspot.fr/2014/05/decouvertes-des-aliments-en-dme.html

http://www.camam.fr/?tag=bebe

le blog incontournable ou on trouve tout

http://bebemangeseul.com/2013/09/22/en-gros-cest-quoi-cette-methode/ 

Publié dans Education

Juger ou ne pas juger, telle est la question?

Que celui qui n’a jamais jugé autrui me jette la première pierre…

Quand on devient parent on est confronté de plein fouet au jugement des autres.


Quand j’y réfléchis, je me rends compte qu’on est toujours sous le regard des autres et de leurs jugements. Et une fois parents, on se rend souvent compte que nous sommes jugé constamment par les « autres ». C’est amplifié car l’éducation des enfants est un sujet très « touchy ». Cela remet en question les valeurs que l’on a reçu, l’éducation que l’on donne, nos principes, nos certitudes,  nos méthodes, cela peut nous ébranler profondément.
Lire la suite de « Juger ou ne pas juger, telle est la question? »

Publié dans Alimentation

La vie sans purées!! c’est simple, facile, c’est DME!

Arrive un jour où la question de la diversification se pose.

Mais qu’est ce que la diversification? 

C’est le fait de donner à nos enfants autre chose que du lait, de donner des solides et d’autres boissons.

Mais pourquoi diversifier? 

D’une part car l’enfant a envie d’autre chose. Attention il ne s’agit pas là de transférer son envie sur celle de l’enfant. Il s’agit juste d’observer son enfant et d’attendre qu’il montre de l’intérêt à ce que l’on mange.

Souvent quand on parle « diversification » cela nous évoque : purée, doses à respecter, outils pour préparer ces purées, cuillère, transat ou chaise haute. Cela nous évoque aussi le fait de « donner » à son enfant.

Ça nous évoque ça, un enfant qui ouvre la bouche devant la cuillère tenue par le parent. Il se dégage de cette image, une forme de passivité de l’enfant qui attend que l’adulte lui donne à manger. Il ouvre la bouche au rythme imposé par l’adulte, parfois il peut être très passif et ouvrir la bouche « gentiment », parfois « se rebeller » et refuser la cuillère , tourner la tête, il sera parfois décrit comme « coquin », « capricieux », « mauvais mangeur »…

On s’inquiétera qu’il n’ait pas fini la dose recommandée à cet age. On commencera parfois à l’inciter un peu trop, à le menacer de supprimer le dessert…

On pourra rentrer dans des conflits terribles par rapport à la nourriture car on a peur pour lui, qu’il ne mange pas assez, qu’il soit malade…

Pour tout vous dire, c’est un peu ce qui c’est passé avec Big boy. Déjà tout petit il n’adorait pas les purées, il avait un reflex vomitif  au bout de la 3ème cuillère de purée.

A partir de 1 an, il y a eu une cassure brutale à cause de la crèche qui refusait de lui donner un biberon puisque « à 1 an on est grand et que pour l’autonomie il faut manger des yaourts ». A partir de la, il s’est alimenté uniquement de biberons à la maison. Plus rien ne passait, il avait le besoin de rattraper le manque de bib de la journée.

Nous en sommes arrivés à vraiment flipper, nous avons parfois crié, puis nous nous sommes rendus compte que nous prenions un mauvais chemin nous avons fait marche arrière et nous avons appris à « lâcher prise ». 

Évidemment, à l’époque je ne connaissait pas la DME. Mais au final, c’est ce que nous avons fait d’instinct pour amener Big boy a retrouver du plaisir à manger. Nous lui laissions à disposition des aliments en morceaux, fini les purée, il mangeait comme nous. Ce n’est que 3/4 ans plus tard que nous arrivons enfin à avoir un enfant avec un peu plus d’appétit. Il n’est toujours pas bien gros, mais il mange et nous avons (presque) cessé de nous inquiéter pour la nourriture. Lire la suite de « La vie sans purées!! c’est simple, facile, c’est DME! »

Publié dans mes lectures

« Ma mére, c’est la plus forte » : l’accouchement raconté aux enfants avec intelligence et douceur!

Un livre pour les enfants, intelligent et doux sur l’accouchement. C’est rare! mais il existe!

Chez nous, on est maboules des livres que ce soit pour nous pour les Big boy et Mini! Les livres pullulent partout, on dirait qu’ils se multiplient comme par magie! (magie dont j’aurais bien besoin pour les ranger!! heureusement qu’on à un garage!!) Alors quand on m’a proposé de lire ce livre, j’étais bien sur, très contente de découvrir une nouveauté!!

Bien souvent, les livres sur la grossesse sont assez succin, ils présentent le gros ventre de maman et ce qui se passe dedans, puis les bébés sortent  sans plus d’explication.

Dans tchoupi, par exemple,  maman rentre de la maternité avec le bébé et voila c’est tout!

Là, je vous parle d’un livre qui parle de sentiments, des maux de la fin de grossesses et du début du travail avec poésie et douceur.

C’est un livre sur l’accouchement à la maison,  mais qui est interressant aussi si on part accoucher à l’hôpital.

Mon Big boy a d’ailleurs trouvé ça étrange,  que la maman accouche dans sa baignoire. Et puis cela a ouvert la discussion sur d’autres possibles, d’autres manières de faire. Ce qui est très enrichissant et ouvre au monde.

Grâce à ce livre nous avons pu aborder les différents lieux où accoucher. J’ai aussi expliqué que pour lui et pour Mini nous avions fait le choix d’aller à la maternité car cela nous rassurait d’avoir des médecins auprès de nous, mais que pour accoucher ce n’était pas nécessaire. Que depuis toujours les femmes accouchent chez elles et que c’est bien aussi car on reste à la maison et que ça j’aurais bien aimé : être chez moi et ne pas être loin de lui quand Mini est arrivé.

Les texte sont poétiques, les mots sont justes, simple mais pas bêtifiant. Il s’en dégage une grande sérénité. Ce livre nous a beaucoup ému, Big boy avait sa tête de « je suis tout chose limite la larme à l’œil » et du coup moi aussi!!

Les dessins sont très doux aussi, assez minimaliste avec des couleurs chaudes et rondes!

Ah et sinon…j’oubliais!!  nous avons même appris une chose sur les dauphins!! mais je ne vous spoil pas l’info!! il faudra le lire vous même!!

Vous avez ici un petit aperçu de ce livre :

http://www.viewdocsonline.com/document/jj5ixx 

Et le blog de l’auteure qui vaut le détour : http://www.lasaisondumammouth.blogspot.fr/ 

Et la page Facebook du livre:

https://www.facebook.com/mamerecestlaplusforte

J’en profite pour faire un coucou à mes amis caribou qui ont bien fait d’immigrer dans un pays ou les gens sont capables d’autant d’intelligence pour parler aux enfants!!

Merci à l’auteure, Cynthia Durand, qui m’a fait découvrir son livre, je lui souhaite beaucoup de succès!!

Publié dans Consommation responsable

Les couches lavables, loin d’être un retour en arrière, une véritable innovation. (n’en déplaise aux industries de couches polluantes)

Les couches lavables : un outils de puériculture du futur.

Je suis venue aux couches lavables pour mon premier enfant. Une véritable démarche écologique pour la planète mais aussi pour la santé de mon bébé.

Le marché des couches lavables est tellement énorme qu’il n’est pas simple de se repérer parmi toutes les marques, les différentes déclinaison de couches, les matières, l’entretien…. Du coup, ça peut décourager. Lire la suite de « Les couches lavables, loin d’être un retour en arrière, une véritable innovation. (n’en déplaise aux industries de couches polluantes) »

Publié dans Alimentation, Consommation responsable, mes lectures

« La Grande Détox » Comment éviter les poisons du quotidien?

Le Docteur Patrice Halimi nous éclaire sur les produits toxiques que l’on retrouve dans notre vie quotidienne.

Un livre très intéressant à avoir dans sa bibliothèque pour le consulter fréquemment!!

 

 

J’ai découvert le Docteur Halimi comme beaucoup d’entre nous, dans un reportage sur l’aluminium. Un reportage très bien fait ou enfin, on pouvait voir un Docteur investit dans la prévention des risques liés aux polluants qui se cachent chez nous, bien à l’abri de la sécurité apparente de nos foyers.

Lorsque j’ai vu ce Docteur, luter pour que les méfaits de l’aluminium soient reconnu et combattu, je me suis dis que ce docteur pourrait m’éclairer sur le sujet sensible des vaccins. J’avais déjà écrit une bafouille sur le sujet en me disant que je ne ferais pas trop de vaccins à cause de cette substance. Mais mon avis à changé au vu de la réponse du Docteur Halimi sur le sujet.


Ce docteur est également à l’origine d’une très bonne association « ASEF (Association Santé Environnement France) ». Le site internet permet de poser des question, ce que j’ai fais concernant les vaccins, apparemment je n’étais pas la seule car ils ont décidés de répondre à cette question des vaccins.ici

Vu que je ne suis pas anti-vaccins, mais anti excipients et donc aluminium,  j’ai trouvée cette réponse judicieuse et objective. Et donc nous avons pris le décision de faire vacciner notre mini boy avec un vaccin contenant plusieurs valences afin de limiter l’injection d’aluminium.

Pour en revenir au livre

Le Docteur Halimi part d’une journée type pour que nous expliquer tous les polluants que nous retrouvons au court de 24 heures.

Je n’ai pas appris grand chose car je suis déjà bien informée mais pour une personne qui commence à s’intéresser au sujet c’est un livre vraiment indispensable.

Pour ma part, je suis contente de l’avoir car au lieu de chercher les infos à droite, à gauche sur le net , il y a des récapitulatifs de tous les conseils pour éviter trop de contamination à la fin de chaque chapitre. De plus, les additifs alimentaires nocifs sont très bien détaillés avec les conséquences qu’ils génèrent.

J’ai particulièrement apprécier la rigueur des informations données.Quand il n’y a pas d’études suffisantes sur un sujet il le dit clairement tout en invitant malgré tout à la précaution et détaillant ses raisons d’un point de vu médical. Je trouve ses conseils judicieux, simples à suivre, et le plus objectif possible.

Comme il le dit lui même, il n’est pas arrivé à cette démarche par conscience écologique, c’est par conscience médicale qu’il est arrivé à l’écologie!! Cela en dit long sur l‘objectivité de l’homme qui ne cherche pas à militer mais juste à faire son boulot de médecin, tant dans la prévention des maladie que dans leurs cures.

Un livre qui est vraiment à destination de tous, de tout ceux qui veulent faire attention à leur santé même les anti-écolo ne peuvent rien trouver à redire à ce livre…à moins de faire preuve de mauvaise foi.

Au fil de la lecture je me suis aperçu que j’avais déjà supprimé un bon nombre de produits toxiques, vu que je suis au No-Poo depuis 18 mois, que mon maquillage est bio, même mon vernis à ongle (que je met rarement!!), que je n’utilise plus de déo, que  mes produits ménagés sont juste le vinaigre, le bicarbonate, et le savon noir. Et sans compter que mon maraicher, sans être bio labellisé, n’utilise pas de produits phytosanitaires.

Je me suis rendue compte du chemin que nous avons parcourus ces trois dernières années et ça fait plaisir de se voir sur la bonne voie!!! Il nous reste bien sur encore du chemin mais le changement est en marche….

Je vous conseille de mettre en marque page le site de l’ASEF, qui propose des articles très intéressant ainsi que des documents à télécharger.

Bonne lecture!!!