Publié dans Coups de gueule

Vous avez l’impression que votre bébé vous provoque?

Un article réponse pour Parents info bébés ici

Vous avez l’impression que votre bébé vous provoque?

Comme beaucoup de parents, vous avez peut être le sentiment que votre bébé vous provoque. C’est une croyance qui a la vie dur et vient du fait, entre autre,  que la vision Freudienne prédomine dans notre culture depuis des décennies. Freud parlait du pervers polymorphe qu’est censé être le bébé. Nous sommes depuis longtemps revenu sur cette hypothèse qui date d’un autre siècle.

En effet, VOUS pouvez VOUS sentir provoqué mais cela est VOTRE ressenti, cela ne reflète pas la réalité de votre enfant. Votre bébé exprime un besoin, un mal-être, une douleur physique ou morale. Il cherche juste à exprimer cela avec les capacitées dont il dispose.

Je trouve que lorsqu’on se rend compte que notre bébé ne fait pas une colère contre nous mais cherche à exprimer quelque chose cela peut déjà changer notre manière de le voir et de lui répondre.

Non, votre bébé ne vous met pas « au défi », il ne s’oppose pas à vous. Il s’exprime à sa manière, peut s’énerver de ne pas être compris, être frustré, en colère de ne pas être entendu.

Non, il ne s’oppose pas à vous, il S’AFFIRME.Cela ne commence pas à 18 mois, cela ne s’arrête pas, s’affirmer est un chemin de toute une vie.

Votre enfant est un être à part entière qui découvre qu’il a ses propres besoins, ses propres envies aussi. C’est une autre personne et nous apprenons à communiquer avec lui et lui avec nous. Chacun à sa responsabilité dans la relation. Interrogeons nous sur nos réactions quand l’enfant exprime son mal-être, sur les sentiments qui jaillissent en nous à ce moment la. Apprenons à maitriser nos colères ou peurs afin de montrer à notre enfant que nous pouvons réagir sans violence.

Dès lors que nous voyons notre enfant comme « un autre » semblable à nous et cependant encore plus fragile que nous du fait de son immaturité cérébrale, nous pouvons avoir des réactions plus sereines et plus appropriées.

Il dit « non » à tout? est ce réelle ou juste une impression de notre part car nous sommes agacés ou fatigués et que nous voulons juste qu’il dorme, qu’il fasse ce qu’on lui dit….

Et nous ? disons nous « non » très fréquemment? Quand on sait que l’enfant apprend uniquement par mimétisme grâce à ses neurones miroirs nous pouvons donc trouver une piste ici pour améliorer la situation. Cessons de dire « non » constamment et repensons notre façon de nous adresser à notre enfant. Positivons nos phrases comme le conseille  Isabelle Fillozat. Ça marche très très bien cela permet à l’enfant de comprendre la consigne, d’être acteur dans la relation.

Qui est le chef ? il n’y a pas de chef…

Pour qu’une relation fonctionne sainement il vaut mieux qu’il n’y est pas de chef mais des personnes qui s’écoutent et qui soient capables de trouver un terrain d’entente.

C’est vous qui tenez les rênes? alors vous faites preuve d’autoritarisme.

Les régimes autoritaires sont voués à l’échec, les gens sont soit soumis, soit rebelles…En famille c’est pareil!! l’autoritarisme fait des enfants qui s’écrasent devant leurs parents ou des enfants que se révoltent.  Certes cela marche un temps , voir tout le temps avec des enfants timorés. Mais est ce cela que nous souhaitons pour nos enfants?

Si l’on veut des enfants capables de décider en fonction de leurs besoins , capables d’être libre de faire des choix en toute conscience, alors nous devons leurs laisser la place de décider pour eux même dès tout petit en fonction de l’évolution de leurs capacités et compétences.

Les enfants se sentent sécurisés par notre confiance en eux à faire leurs propre choix. Ils ne sont pas sécurisé par des choix que l’on fait à leur place. Ils sont sécurisés par l’amour qu’on leur porte, par la bienveillance qu’on a pour eux, par notre acceptation de leur divergence d’opinion, par la recherche d’un compromis avec eux….

Alors si vous pensez que votre enfant vous provoque, poser vous la question de vos relations, prenez le temps de l’écouter, de lui laisser de la place pour qu’il exerce son autonomie. Laisser parler votre empathie pour lui.  Laisser de coté vos automatismes et lisez Isabelle Fillozat et le Doc Gueguen.

Voici des liens qui contribuent à la réflexion et aident à penser autrement l’éducation et notre rapport d’adulte aux enfants.

La question de Freud

Etre sage?

Eviter de crier

L’autorité en question

Eduquer autrement

Neurobiologie et éducation

autorité et attachement

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s