Publié dans Alimentation

La vie sans purées!! c’est simple, facile, c’est DME!

Arrive un jour où la question de la diversification se pose.

Mais qu’est ce que la diversification? 

C’est le fait de donner à nos enfants autre chose que du lait, de donner des solides et d’autres boissons.

Mais pourquoi diversifier? 

D’une part car l’enfant a envie d’autre chose. Attention il ne s’agit pas là de transférer son envie sur celle de l’enfant. Il s’agit juste d’observer son enfant et d’attendre qu’il montre de l’intérêt à ce que l’on mange.

Souvent quand on parle « diversification » cela nous évoque : purée, doses à respecter, outils pour préparer ces purées, cuillère, transat ou chaise haute. Cela nous évoque aussi le fait de « donner » à son enfant.

Ça nous évoque ça, un enfant qui ouvre la bouche devant la cuillère tenue par le parent. Il se dégage de cette image, une forme de passivité de l’enfant qui attend que l’adulte lui donne à manger. Il ouvre la bouche au rythme imposé par l’adulte, parfois il peut être très passif et ouvrir la bouche « gentiment », parfois « se rebeller » et refuser la cuillère , tourner la tête, il sera parfois décrit comme « coquin », « capricieux », « mauvais mangeur »…

On s’inquiétera qu’il n’ait pas fini la dose recommandée à cet age. On commencera parfois à l’inciter un peu trop, à le menacer de supprimer le dessert…

On pourra rentrer dans des conflits terribles par rapport à la nourriture car on a peur pour lui, qu’il ne mange pas assez, qu’il soit malade…

Pour tout vous dire, c’est un peu ce qui c’est passé avec Big boy. Déjà tout petit il n’adorait pas les purées, il avait un reflex vomitif  au bout de la 3ème cuillère de purée.

A partir de 1 an, il y a eu une cassure brutale à cause de la crèche qui refusait de lui donner un biberon puisque « à 1 an on est grand et que pour l’autonomie il faut manger des yaourts ». A partir de la, il s’est alimenté uniquement de biberons à la maison. Plus rien ne passait, il avait le besoin de rattraper le manque de bib de la journée.

Nous en sommes arrivés à vraiment flipper, nous avons parfois crié, puis nous nous sommes rendus compte que nous prenions un mauvais chemin nous avons fait marche arrière et nous avons appris à « lâcher prise ». 

Évidemment, à l’époque je ne connaissait pas la DME. Mais au final, c’est ce que nous avons fait d’instinct pour amener Big boy a retrouver du plaisir à manger. Nous lui laissions à disposition des aliments en morceaux, fini les purée, il mangeait comme nous. Ce n’est que 3/4 ans plus tard que nous arrivons enfin à avoir un enfant avec un peu plus d’appétit. Il n’est toujours pas bien gros, mais il mange et nous avons (presque) cessé de nous inquiéter pour la nourriture.

Si, aujourd’hui, la diversification nous évoque ça, je pense que hier, c’était très différent.

C’est clair que ma mère n’avait pas de babycook!!elle écrasait juste à la fourchette les aliments. Si on remonte à plus loin, les bébés étaient allaités et mangeaient au fur et a mesure ce que les adultes mangeaient. D’ailleurs, la plupart des bébés qui n’étaient pas allaités mourraient soit à cause du manque d’hygiène des « bib » soit parce que le lait de remplacement n’était pas adapté (à part le lait de jument si on avait la chance d’en trouver).

Le rôle de l’industrie agro-alimentaire

Pour moi c’est clair que l’industrie agro-alimentaire n’est pas innocente dans notre manière de concevoir la diversification de l’alimentation.  Du temps où ma mère a eu ses enfants, dans les années 60/70, l’allaitement était pas franchement à la mode, les femmes se libéraient (ce qui est bien) et l’industrie s’est engouffrée dans le filon.

Elle a du nez l’industrie agro-alimentaire. Elle a saisit l’opportunité de la libération des femmes pour leur dire qu’il ne fallait plus allaiter, qu’elles n’étaient pas des vaches à lait et  leurs faire acheter du lait maternisé soit disant quasi identique à notre lait.

Bien sur que c’est super que ce lait existe, mais au final, il devrait plutôt servir quand on ne peut pas allaiter, uniquement pour que le bébé puisse vivre et s’alimenter. Pas pour remplacer l’allaitement.

Avec la quasi disparition de l’allaitement sont arrivés les petits pots, les baby cook et tout le tralala.

Un bébé allaité à la demande va avoir absolument tout pour être nourrit correctement jusqu’ 6/12 mois. Il aura développé une mâchoire musclée liée à l’effort que demande la succion.

Un bébé au bib aura faim car il faudra (soit disant) attendre 3/4 heures entre les biberons, car le lait maternisé ne suffit pas à répondre au besoin de l’enfant de découvertes de nouvelles saveurs. Le lait en poudre à toujours le même gout.  Il lui faudra plus de temps pour muscler sa mâchoire et avoir la capacité de mâcher des morceaux.

Comme les bébés ne pouvaient plus manger des aliments un peu écrasés vite fait à la fourchette, les industriels ont créé le PETIT POT. en plus de surfer sur la vague de l’indépendance de la femme car c’est vite fait.

Bon, vu que ça a un cout, la femme aussi doit aller travailler, ce qui tombe bien car elle veut aller bosser la femme… Elle va bosser comme l’homme, par obligation, car sinon, on ne s’en sort pas…(j’aurais préféré que ce soit juste pour l’épanouissement personnel mais bon, je ne dois pas être féministe car je kiffe pas d’avoir un boulot par obligation et mal payé pour aller acheter des couches pamprout, du lait en poudre à l’huile de palme qui tue les singes et le sacro saint petit pot soit disant pratique).  La femme a réussi a faire comme l’homme, elle a réussi a se détacher de ses enfants pour s’enchainer à un boulot. (parce que franchement on est pas bien nombreux, hommes/femmes confondues à kiffer notre job! non?!).

J’en reviens à mes moutons, oui, je m’égare un peu, emportée par ce temps libre qui d’un coup me tombe dessus comme une sieste miraculeuse de Mini!!

Donc, l’industrie invente le lait en poudre, des centaines de différents car un bon, ne suffit pas bien sur. Il faut nous perdre dans ce millier de choix !!

Donc, le lait, puis tous les petits pots, compotes, boisson spéciales bébé. Comme ça, bébé devient déjà, un bon consommateur.

Heureusement, la vague bio, anti petits pots industriel va permettre à l’industrie de l’électroménager de faire plein de sous en inventant le robot spécial bébé, le truc qui coute un bras. Et bim!! encore plein de sous!!

On peut dire que là, ça revient cher un môme!! et je ne parle que de l’alimentation!! (me lancez pas sur le matériel de puériculture ou je vais écrire telement que ce sera pénible à lire sur un smartphone!!)

Pour moi, la DME est plus qu’une simple manière de s’alimenter, c’est aussi une manière de sortir du joug de l’industrie agro-alimentatire. De sortir des injonctions que la société nous assène comme si elles n’étaient que la seule et unique voie. 

Alors, le bébé a t’il réellement besoin d’être diversifié? oui, bien sur, mais à quel age? y a t’il un age d’ailleurs?

J’ai l’impression que c’est une étape souvent anticipée, souvent prise de tête (les question de textures, de marques, de quantité…), que c’est souvent une étape angoissante pour les parents…a t-il mangé assez? Faut il présenter un légume pendant plusieurs jours de suite? risque t-il des allergies? dois-je commencer par les légumes ou par les fruits?

Beaucoup de parents se tournent vers leurs pédiatres, mais sont ils de bon interlocuteurs? après tout nous avons eu pleins de modes différentes et toutes remplacées les unes après les autres. Avant on introduisait des solides bien plus tôt, maintenant pas avant 6 mois, mais certain pédiatres recommandent toujours à leurs patients de commencer à 3 ou 4 mois.

La médecine avance, certes, mais qui écouter quand tous les pédiatres ne tiennent pas le même discours? Et puis, l’alimentation est elle vraiment du ressort de la médecine? Placer la nourriture dans les mains du pédiatre ne retire il pas de la fonction de découverte, de plaisir?

Je pense que nous devons repartir de la base : le bébé.

Les découvertes sur le développement physique de l’enfant

Partons de ce que l’on sait du bébé.

Dès 6 mois, un bébé peut commencer à manger autre chose que du lait. Je dis « peut » car il n’y a pas d’obligation, le lait apporte tout ce qui est nécessaire au bébé pour grandir. L’introduction d’aliments est d’abord une découverte avant d’être un mode d’alimentation.

« Le lait maternel est aussi une source importante d’énergie et de nutriments pour les enfants de 6 à 23 mois. Il peut fournir la moitié ou plus des besoins énergétiques de l’enfant de 6 à 12 mois, et le tiers des besoins énergétiques de l’enfant de 12 à 24 mois. »

 

L’OMS parle d’alimentation de complément.

« Vers l’âge de six mois, le nourrisson commence à avoir des besoins d’énergie et de nutriments que le lait maternel ne peut plus satisfaire d’où le recours aux aliments de complément. À six mois environ, son développement lui permet aussi de s’alimenter autrement. Faute de complémenter son alimentation ou de le faire à mauvais escient, on risque de compromettre sa croissance. Les principes directeurs d’une alimentation de complément adaptée sont les suivants:

  • poursuivre un allaitement fréquent, à la demande, jusqu’à l’âge de deux ans, voire plus;
  • être à l’écoute, (par exemple, nourrir les tout-petits directement et aider les plus grands. Nourrir les enfants lentement et patiemment, les encourager à manger mais ne pas les forcer, leur parler et garder le contact visuel avec eux);
  • respecter les règles d’hygiène et manipuler correctement les aliments;
  • commencer à six mois par de petites quantités et augmenter progressivement la ration alimentaire à mesure que l’enfant grandit;
  • augmenter progressivement la consistance et la variété des aliments;
  • augmenter la fréquence des repas: 2 à 3 repas par jour pour des nourrissons de 6 à 8 mois, et 3 à 4 repas par jour pour des nourrissons de 9 à 23 mois, avec une ou deux collations supplémentaires, au besoin;
  • utiliser des aliments de complément enrichis ou une supplémentation en vitamine et en minéraux, le cas échéant; et
  • augmenter l’apport liquidien en cas de maladie, y compris l’allaitement, et proposer des aliments mous, que l’enfant apprécie. »

Vous retrouver ces informations ici : Recommandation de l’OMS

Pourquoi 6 mois?

Parce que beaucoup d’enfants de cet age, commencent à s’asseoir seul, que tous attrapent et mettent à la bouche les objets qu’ils trouvent autour d’eux. La motricité de l’enfant a évolué. Savoir se mettre assis seul permet d’être dans une bonne position pour manger, pas à demi couché dans un transat. D’avoir une bonne coordination main/bouche afin de porter les aliments à sa bouche et d’être ainsi acteur de son alimentation.


« En fait, la plupart du temps, on n’a pas à se poser tant de questions, car l’enfant manifeste très bien son envie de commencer à goûter autre chose.

Cela se passe souvent vers le milieu de la première année. A cet âge,

* l’appareil digestif a mûri et devient capable d’absorber toute une gamme d’aliments,
* la « barrière » de la muqueuse intestinale s’est développée, ce qui réduit les risques d’allergie alimentaire,
* le réflexe de succion a diminué, la sécrétion de salive augmente et aide l’enfant à avaler des aliments de consistance épaisse,
* la coordination musculaire s’est améliorée : la langue peut transférer à peu près les aliments solides de l’avant à l’arrière de la bouche,
* le contrôle des mouvements de la tête s’est amélioré, le bébé tient assis, peut se pencher en avant, détourner la tête pour dire qu’il n’a plus faim, il tient bien les objets entre le pouce et les autres doigts et peut les diriger vers sa bouche sans craindre de s’éborgner…,
* les dents commencent à apparaître. »

http://www.lllfrance.org/Allaiter-Aujourd-hui/AA-62-L-introduction-des-solides.html

Dans la DME (Diversification Menée par l’Enfant) il s’agit donc, d’attendre que l’enfant montre de l’intérêt à la nourriture, qu’il ait la capacité de saisir par lui même les aliments et qu’il se tienne assis.

Selon, le site sur la DME, « un enfant est prêt à passer aux solides quand :

  • son système immunitaire est suffisamment développé;
  • son système digestif est bien plus sophistiqué que lors de sa naissance;
  • sa motricité orale est bien entraînée après des mois passés à boire au sein ou au biberon;
  • sa coordination main-œil est prête;
  • son adresse gestuelle est suffisante. »

.http://www.diversificationalimentaire.com/introduction/developpement-vers-six-mois/

Tendre la main, attraper, lâcher … Des compétences présentes qui se développent aussi dans les moments de repas.

Nourrir ou être nourri

Le bébé dépend de nous pour vivre. Il va de soi que devons nourrir le bébé jusqu’à ce qu’il soit en mesure de s’alimenter par lui même.

Mais justement, à quel age un bébé va t-il pouvoir s’alimenter par lui même?

Et bien cela dépend des bébés, certains a 5 mois et demi, d’autres vers 8 mois…

On a ré-appris ces dernières années que les bébés avaient beaucoup plus de compétences que notre société occidentale le laissait supposer.

Ce qu’on réapprend surtout, c’est à faire confiance  à soi, mais aussi à ses enfants. Faire confiance permet à l’enfant de s’emparer de sa vie, de prendre l’autonomie dont il est capable d’un point de vue psychomoteur. Cela lui permet d’être acteur de sa vie, de ne pas subir le désir de l’autre mais de s’éveiller à ses propres besoins.

Quand je vois Mini et sa capacité à attraper les aliment pour les porter à sa bouche je me dis que ce doit être une grande satisfaction pour lui de ne pas être passif et d’être capable d’assouvir ce besoin.

Notre expérience avec Mini.

Mini a commencé à être interressé par la nourriture vers 5 mois. Il était dans son cosy installé sur la chaise tripp trapp et il participait ainsi depuis tout bébé aux repas.

Il ne se mettait pas encore assis de lui même, donc je le prenais sur les genoux. Il a commencé à vraiment vouloir saisir la nourriture vers 5 mois et 3 semaines. Sa posture assise était mieux tenue et la coordination main/bouche parfaitement maitrisée.

Je lui ai donc proposé des morceaux de légumes cuits à la vapeur. D’abord sur les genoux et puis il a acquit la capacité à se mettre assis seul assez rapidement ce qui m’a permis de le mettre dans sa chaise tripp trapp sans le cosy. Il n’y a eu aucun étouffement? Il recrache depuis le début les trop gros morceaux. Par contre j’ai testé un jour la purée et il s’étouffe avec!!

Pain des fleurs, betteraves et banane.

Les morceaux proposés sont de la taille du poing de Mini et directement sur la table afin qu’il puisse s’en saisir facilement.

Ensuite j’ai mis les morceaux dans une assiette scratchée à la nappe pour éviter les vols d’assiettes intempestifs!!

Mini mange de tout, des pâtes, de la betterave (dont il raffole)…
Mini mange même une tomate tombée par terre!!

Maintenant, plus besoin de scratch, Mini n’envoie plus balader son assiette. il mange de tout, et au resto il a même gouté les frites de patate douce!!

IL a maintenant bientot 8 mois et mange comme nous (enfin à condition que nous mangions équilibré), ce midi il a mangé de la quiche thon poireaux faite maison, des cerises et des abricots.

Il faut juste faire attention que Mini ne boulotte pas les restes de pain au chocolat de son grand frère!!

Et vous? êtes vous prêts pour tester la DME? faites des économies et simplifiez vous la vie!!!

Pour aller plus loin http://www.lllfrance.org/Allaiter-Aujourd-hui/AA-62-L-introduction-des-solides.html

http://www.diversificationalimentaire.com/apres-six-mois/developpement-patron-pre-defini/  

ET puis un groupe FB https://www.facebook.com/groups/332500973497180/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s