Publié dans Education

Juger ou ne pas juger, telle est la question?

Que celui qui n’a jamais jugé autrui me jette la première pierre…

Quand on devient parent on est confronté de plein fouet au jugement des autres.


Quand j’y réfléchis, je me rends compte qu’on est toujours sous le regard des autres et de leurs jugements. Et une fois parents, on se rend souvent compte que nous sommes jugé constamment par les « autres ». C’est amplifié car l’éducation des enfants est un sujet très « touchy ». Cela remet en question les valeurs que l’on a reçu, l’éducation que l’on donne, nos principes, nos certitudes,  nos méthodes, cela peut nous ébranler profondément.

 Le jugement des institutions

Quand j’étais éducatrice en crèche, j’ai souvent été témoin de jugements à l’emporte pièce sur des parents, j’ai parfois participé ou été d’accord avec les jugements émis.

En passant de l’autre coté, évidemment, mon regard à changé, j’ai compris beaucoup de chose, j’ai beaucoup évoluée, si je retravaillais je ne serais plus la même éducatrice.

C’est plus facile de se ranger à l’avis du groupe que de rester seule avec un avis différent. Dans un milieu quasi uniquement féminin, on peut rapidement se retrouver au ban de l’équipe. Déjà que en tant que EJE, c’est difficile de trouver sa place mais si en plus on arrive avec une opinion radicalement différente c’est le suicide!!
Bref, tout ça pour dire qu’en crèche, les équipes jugent beaucoup les parents :

-« bah, c’est normal qu’il pleure, ses parents le prennent toujours dans les bras »

-« les parents ne sont pas assez sévères, il faut mettre un cadre »

-« cet enfant n’a aucune limite, le papa doit prendre plus sa place et poser le cadre »

-« la mère est trop fusionnelle, il faut que le papa joue son rôle »

-« ah, bas c’est sur ils dorment avec leur enfant, c’est malsain, chacun son lit, et le couple dans tout ça?! c’est très mauvais »

-« il fera ses nuits quand elle acceptera de couper le cordon »

-« il fera ses nuits quand vous le mettrez dans sa chambre » lol^^ mais bien sur^^

-« si il mord comme ça c’est vraiment qu’il gère mal la frustration, bah oui..à force de tout lui céder!! »
A l’école aussi, j’ai entendu des phrases du genre :

-« une année une petite fille pleurait beaucoup, mais c’est parce que ça mère l’allaitait encore! »

-« ce petit garçon est perturbé, mais bon les parents laissent tout faire!! »

-« il faut dire non aux enfants, c’est l’adulte qui décide, pas les enfants »

-« il faut dire non aux enfants, si vous n’avez pas commencé a dire non a votre enfant, il faut commencer durant les vacances, dites non sans même donner de raison valable, juste pour montrer que c’est vous qui commandez »

-« il faut les confronter à la frustration »
Je pourrais continuer comme ça…..Les parents sont toujours trop ci ou pas assez ça, ils devraient faire ci ou ça…
Tiens, d’ailleurs, la dernière fois que nous sommes allés à la PMI, la puéricultrice a écrit en gros et en rouge à propos de l’alimentation de mini : DONNE DES MORCEAUX!!!!! Je dois le prendre comment? (et oui je fais la DME, c’est bizarre!) 

Alors voila cette dame, me juge, moi je la traite d’abrutie (dans ma tête, je suis polie quand même) inculte et dangereuse pour toutes les mamans qui ne sont pas sures d’elles…
Quand les jugements restent dans la salle de pause, pour « décompresser » c’est tout à fait normal, je trouve, personnellement j’utilise beaucoup la dérision, l’humour sarcastique…voir de l’humour carrément noir. Par contre dire / tenir ce genre de propos directement à des parents, c’est hors de question, tenir de tels propos en réunion, c’est hors de question ou alors il faut faire réfléchir les personnes en question afin de tenter de faire évoluer le point de vue et du coup les réponses éducatives.

Le jugement : un sport universel

Tout le monde juge tout le monde…

Tout le monde a un avis sur tout le monde, tout le monde pense qu’il fait mieux que tous les autres, ou que les autres font mieux….

Je juge les industriels qui polluent, je les traite de noms d’oiseaux, je souhaite carrement gagner au loto pour investir dans le terrorisme vert^^. Je juge les politiques, je les traite de lâches corrompus, je leurs souhaite le pire aussi, je suis capable d’avoir un langage particulièrement fleuri dans plein de situation. Cela m’aide à faire sortir la haine en moi…c’est mieux que de sortir un gun ou d’insulter tout le monde!! non?!  

Tout ça sort chez moi, dans l’intimité de notre maison ou parfois avec des amis qui ont le même mode opératoire! 

Même la mère qui tape son môme, je ne me vois pas lui faire la moindre remarque, je ne me vois pas la traiter de nom d’oiseaux car en effet, je ne connais pas sa vie, ses difficultés….

L’éducation, c’est comme une religion : chacun pense avoir la bonne!!  

Arrêter de juger

C’est un travail quotidien d’arrêter de juger. De faire l’effort de se mettre à la place de l’autre, de faire preuve de compréhension, d’empathie, de patience. 

Je n’y arrive pas toujours mais j’essaie, dans mes articles, dans ce que je poste sur facebook mais voila, parfois j’ai juste envie de dire que cette attitude ou celle là est stupide, conne….parfois j’ai envie de crier « mais putain!! c’est facile de s’informer aujourd’hui! »…mais non, ce n’est pas si simple…je le sais bien, l’information nous tombe sous la main quand on sait chercher, quand on a appris à chercher, quand on est capable de se remettre en question, de voir nos erreur en face (sans pour autant se flageller^^)…


Parfois, ça me saoule de me sentir jugée, de sentir que l’autre pense que j’ai qu’à foutre mon môme dans son lit avec plus de conviction, que « c’est parce que tu es pas convaincue que ça marche pas »…mais non, putain, c’est mes mômes qui sont pas convaincus que le lit c’est top!! mes mômes sont comme ça : ça les fait chier de dormir et de rater la vie qui continue pendant ce temps.. C’est sur, c’est facile de mettre avec conviction au lit un enfant qui est déjà convaincu!!

Et puis, j’ai des mômes préhistoriques qui se réveillent si je suis pas la pour m ‘assurer qu’ils se feront pas bouffer par un lion de passage!! (bah oui, un bébé n’est pas au courant que nos maisons nous protègent des prédateurs!).

Heureusement que je lis des bouquins qui me confortent, me rassurent et pas ceux qui me culpabiliseraient et me feraient prendre une voie néfaste pour le développement du cerveau de mes enfants. Je lis des livres qui explique le fonctionnement du cerveau des bébés et enfants. (Comme le livre de Catherine Gueguen  .

Je suis suffisamment sure de moi pour ne pas prendre en compte les remarques des autres, et tout à la fois suffisamment capable de me remettre en question pour réfléchir à d’autres possibilités de réaction avec mes enfants. Par contre il faut que je le « sente », que ça ne me soit pas violent, sinon ça veut dire que c’est mauvais pour moi, pour mes enfants. Inernet est très utile pour s’informer sur le développement de l’enfant,  pour trouver des pistes éducatives qui soient respectueuse du bébé. Par exemple ICI une explication de la raison pour laquelle il ne faut pas laissé pleurer son enfant seul. Je cherche à maximum à partir des besoins des enfants afin d’établir les règles à la maison. Je ne pose pas de règles « parce que c’est comme ça » ou « parce que mes parents ont fait comme ça » ou « parce que j’ai toujours fait comme ça ». Mes règles changent en fonction de l’enfant, de son age, de ses besoins. Plus le bébé grandit, plus je peux poser des règles de vivre ensemble qui dépendent de besoins de chacun. 


Pour être avec mes enfants, il m’a fallu déconstruire mes idées sur l’éducation, pour mon mari c’est le même processus qui s’est enclenché. 

Parfois, ça à été très dur, nous avons parfois pris un mauvais chemin, nous avons rectifié le tir rapidement. Nous avons fait et faisons des erreurs, mais nous essayons de réajuster à chaque fois. 

J’ai crié, parfois, j’ai donnée une fessée, une fois, j’ai dévalorisé mon enfant, plusieurs fois, j’ai fait du chantage….j’ai souvent « pété un câble » car Big boy ne mangeait rien ou ne dormait pas. C’est tres difficile de trouver de l’énergie en soi quand on est réveillée  toutes les heures et demi pendant plus de 7 mois.  Je m’énerve encore car Big boy parle constamment…je ne peux même pas m’entendre penser!! 

Je me « juge » souvent, mais j’essaie de le faire avec tendresse, afin de déclencher un mouvement vers le changement, l’évolution. 


Alors oui, je me juge. Je juge les autres aussi. Je juge cette mère que j’ai vu gifler violemment cette adolescente, je juge ce parent qui crie sur son enfant et le menace, je juge ces équipe de crèche qui mettent des bébés dans des youpala, je juge cette professionnelle qui punit cet enfant sur une chaise pour « qu’il comprenne »…Je juge dans mon coin, je jure et dénigre pour faire sortir de moi tous mes sentiments négatifs et ensuite je peux analyser, trouver des mots bienveillant pour mes articles ou répondre sur des groupes facebook. Recemment j’ai quitté un groupe car entre les youpala et les diversifications à 3 mois je sentais que je n’arrivais plus à être bienveillante. J’ai préféré partir avant de devenir cinglante, donneuse de leçon, et franchement chiante.

Se sentir attaqué par d’autre avis que les siens

Parfois aussi, certaines personnes se sentent attaquées par d’autres manière de faire, ça doit les renvoyer à leurs manquement. Mais qu’est ce que j’y peux? je vais pas me ranger à leurs avis pour leur faire plaisir et puis on ne peut pas plaire à tout le monde!!

Je tente de raconter mon point de vue, ce que je fais et qui marche avec mes enfants dans une démarche bienveillante. Donc c’est sur que je ne m’adresse pas à tous les parents, je ne m’adresse pas aux parents qui attendent que leurs enfants leurs obéisse. Ceux qui veulent se faire obéir ont plein d’autres blogs ou site qui prônent les punitions, le chantage etc…

Ceux qui veulent continuer « à faire comme ça car j’ai toujours fait ça », je les invite à passer leur chemin.

Je ne supporte pas non plus le « j’en suis pas mort » …pareil vous pouvez passer votre chemin, je ne peux pas m’adresser à vous, je vais trop vous énerver!!

J’en suis pas morte!! vraiment la phrase la plus stupide. Et c’est une phrase que j’ai dite!!et oui! je serais tombée sur mon blog il y a 14 ans, je me serais énervée, certainement d’ailleurs car j’aurais su au fond de moi que j’avais tort  de dire et penser une phrase aussi débile!!

L’acception d’un défaut est le début du chemin vers le changement.


Et vous? ou en êtes vous par rapport au jugement de vous ou des autres… Vous arrive t-il de vous « regarder » de vous « surprendre » à juger autrui? quelles sont vos astuces pour travailler sur vous même?



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s